TENDANCE

Global trend 2040

Focus : Technologie

Extrait traduit de l’étude Global Trend 2040 de l’Office of the Director of National Intelligence

Principaux points à retenir

Onopia - Global Trend 2040
  • Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et l’impact des évolutions technologiques devraient s’intensifier, transformant et améliorant les expériences et les capacités humaines et offrant la possibilité de relever des défis tels que le vieillissement, le changement climatique et la faible croissance de la productivité, tout en créant de nouvelles tensions et perturbations au sein des sociétés, des industries et des États et entre eux.
  • Les prochaines décennies verront s’intensifier la concurrence mondiale pour les éléments essentiels de la suprématie technologique, tels que le talent, la connaissance et les marchés, ce qui pourrait donner naissance à de nouveaux leaders ou hégémonies technologiques.
  • La course à la suprématie technologique est inextricablement liée à l’évolution de la géopolitique et à la rivalité plus large entre les États-Unis et la Chine, mais l’avantage technologique sera renforcé par les entreprises qui ont une vision à long terme, des ressources et une portée mondiale.
  • Les technologies et les applications dérivées seront disponibles pour une adoption rapide, ce qui permettra aux pays en développement de profiter des dernières avancées fondamentales, de développer des applications mondiales dans des domaines de niche et de contribuer aux chaînes d’approvisionnement mondiales.

Tendances technologiques

Il est difficile d’évaluer les tendances technologiques et leurs implications plus larges car les délais restent incertains, le chemin qui mène de la science fondamentale à une application transformationnelle peut être difficile à discerner, et les liens entre une technologie et ses implications potentielles plus larges peuvent être indirects et complexes. 

Les technologies émergentes soulèvent également une myriade de questions éthiques, sociétales et sécuritaires – allant, par exemple, de ce que nous sommes en tant qu’êtres humains à notre impact sur l’environnement, en passant par les limites de la guerre acceptable.

 

TENDANCES DANS LES TECHNOLOGIES ÉMERGENTES

De multiples tendances façonnent le paysage technologique des deux prochaines décennies et, même si les nouvelles technologies n’émergeront pas de manière uniforme ou prévisible, il est probable qu’elles partageront certains moteurs et dynamiques communs. 

La convergence croissante de domaines apparemment sans rapport entre eux et l’intensification de la concurrence mondiale pour créer et conserver un avantage accélèrent l’émergence de technologies de pointe. 

La diffusion des connaissances technologiques, la fixation agressive de normes pour favoriser une solution technologique plutôt qu’une autre, et des délais de développement de produits toujours plus courts inciteront à une stratégie à long terme et à une prise de décision rapide pour éviter les faux pas et le retard sur les concurrents.

La convergence scientifique, source d’innovation. La convergence de domaines de recherche scientifique et d’applications technologiques apparemment sans rapport entre eux rend possible, pratique et utile le développement rapide de nouvelles applications. Par exemple, le smartphone a été rendu possible par des décennies de recherche fondamentale et de développement dans les domaines de l’électronique, des antennes, des matériaux, des batteries, des réseaux de télécommunications et des interfaces utilisateur. 

D’ici à 2040, la convergence croissante des technologies, telles que l’intelligence artificielle (IA), les télécommunications à haut débit et les biotechnologies, sera renforcée par une meilleure compréhension des sciences sociales et comportementales afin de permettre des avancées rapides et des applications personnalisées par l’utilisateur qui sont bien plus que la somme de leurs parties. 

Ensemble, ces plates-formes technologiques pourront alors servir de base à une innovation rapide tout en réduisant les obstacles à l’entrée sur le marché.

Une concurrence croissante pour la domination. La course à la domination technologique est inextricablement liée à l’évolution de la géopolitique et est de plus en plus façonnée par des rivalités politiques, économiques et sociétales plus larges, notamment celles associées à l’essor de la Chine.

L’accumulation des ressources nécessaires pour maintenir un large leadership technologique, y compris la concentration de talents humains, de connaissances fondamentales et de chaînes d’approvisionnement, nécessite des décennies d’investissement à long terme et un leadership visionnaire. 

Ceux qui concentrent leurs ressources aujourd’hui seront probablement les leaders technologiques de 2040. 

Dans les économies ouvertes, un mélange d’efforts privés et de partenariats entre les gouvernements, les entreprises privées et les programmes de recherche concurrencera les économies dirigées par l’État, qui peuvent avoir un avantage pour diriger et concentrer les ressources, y compris l’accès aux données, mais qui peuvent ne pas bénéficier des avantages d’environnements plus ouverts, créatifs et compétitifs.

Diffusion des technologies à l’échelle mondiale. Les technologies et les applications dérivées sont souvent disponibles pour une adoption rapide dans presque toutes les régions du monde, ce qui permet même aux pays en développement de profiter des dernières avancées fondamentales, de développer des applications mondiales dans des domaines de niche ou de contribuer aux chaînes d’approvisionnement des économies plus avancées. 

De nombreux États chercheront à accélérer et à exploiter ce processus, en parrainant des efforts ciblés, tels que des alternatives régionales à la Silicon Valley ou des incubateurs de biotechnologie, qui augmenteront le risque de surprise de nouvelles applications provenant d’endroits inattendus.

Des délais qui se raccourcissent. Le temps nécessaire au développement, au déploiement, à la maturation, puis au retrait des technologies passe de plusieurs décennies à quelques années, parfois plus rapidement. 

De multiples acteurs, y compris des entreprises et des États, à l’avant-garde des technologies émergentes peuvent déployer et exploiter une nouvelle technologie avant que d’autres ne sortent des starting-blocks. 

Ceux qui tentent de rattraper leur retard, en particulier dans les pays en développement, peuvent être de plus en plus contraints de choisir des technologies avant que les implications de ces choix ne soient pleinement comprises, risquant ainsi d’investir dans des impasses technologiques ou de prendre un retard désespéré. 

Les économies planifiées peuvent être en mesure de réagir plus rapidement aux développements technologiques émergents, potentiellement au prix d’une réduction de la diversité et de l’efficacité technologiques.

LES TECHNOLOGIES À L'ORIGINE DE LA TRANSFORMATION

Bien que la technologie progresse de manière imprévisible, façonnée par des difficultés inattendues et des percées imprévues, certains domaines technologiques semblent offrir un potentiel de changement transformateur et fournissent des exemples des conséquences potentielles des nouvelles technologies dans les décennies à venir. 

Les sections suivantes, consacrées à l’intelligence artificielle, à la biotechnologie, aux matériaux et à la fabrication, sélectionnées après consultation des leaders technologiques, mettent en évidence les avantages et les risques potentiels des nouvelles technologies, individuellement et collectivement, dans la création d’un futur monde hyperconnecté. 

Les avancées dans ces domaines se combineront avec d’autres technologies, comme le stockage de l’énergie, pour façonner les sociétés, les économies et peut-être la nature du pouvoir.

L'intelligence artificielle se généralise

L’IA est la démonstration de la cognition et de la résolution créative de problèmes par des machines plutôt que par des humains ou des animaux. 

Elle va de l’IA étroite, conçue pour résoudre des problèmes spécifiques, à l’intelligence générale artificielle, un système qui, à l’avenir, pourrait égaler ou dépasser la capacité de compréhension et d’apprentissage d’un être humain.


D’ici à 2040, les applications de l’IA, combinées à d’autres technologies, profiteront à presque tous les aspects de la vie : amélioration des soins de santé, transports plus sûrs et plus efficaces, éducation personnalisée, amélioration des logiciels pour les tâches quotidiennes et augmentation du rendement des cultures agricoles.


Les dirigeants politiques et commerciaux du monde entier sont à la recherche de talents mondiaux et consacrent des ressources au développement de l’IA, dans l’espoir d’être parmi les premiers à l’utiliser pour remodeler les sociétés, les économies et même la guerre. Grâce à l’augmentation simultanée des données de haute qualité, des capacités de calcul et des liaisons de communication à haut débit, l’IA mettra les dirigeants au défi de suivre le rythme et de récolter les avantages tout en atténuant les effets néfastes, tels que les menaces pour la vie privée et la liberté.

Même si de nombreux développements de l’IA seront disponibles dans le monde entier, les nations qui ont les moyens de soutenir, de développer et d’adopter l’IA dès maintenant bénéficieront d’avantages disproportionnés. L’adoption généralisée de l’IA, en particulier dans le domaine de la guerre, augmente également le risque de mauvaise utilisation intentionnelle ou d’engagement ou d’escalade involontaire.

 

Transformation de l’industrie et du travail.

L’IA va transformer presque toutes les industries et perturber la main-d’œuvre mondiale, en créant de nouveaux domaines d’emploi, en en éliminant d’autres et en entraînant d’importantes redistributions économiques et sociales. Le travail en équipe homme-machine sera courant pour de nombreux emplois futurs. Pour exploiter les avantages de l’IA tout en atténuant le chômage, les pays et les entreprises devront se concentrer sur l’éducation et le recyclage de leur main-d’œuvre.

Les données seront reines.

Les industries et les organisations du futur qui dépendent de l’IA auront besoin de quantités massives de données pour fonctionner de manière efficace et compétitive.

Les institutions, les entreprises et les pays qui investissent déjà dans les moyens d’acquérir, de classer, de stocker et de monétiser les données auront des avantages. Les quantités sans précédent de données disponibles en 2040 fourniront des informations et des capacités précieuses, mais feront de l’accès, de la confidentialité, de la propriété et du contrôle des données des domaines de concurrence et de conflit croissants.

Réimagination de la sécurité et de la vie privée.

Les notions actuelles de vie privée continueront d’évoluer, les individus devant partager davantage d’informations personnelles pour accéder aux applications, et le suivi devenant omniprésent. Les gouvernements autoritaires sont susceptibles d’exploiter l’augmentation des données pour surveiller, voire contrôler, leurs populations. En outre, de nombreuses entreprises et organisations disposeront également d’outils puissants tels que la manipulation de vidéos, ou les faux profonds, pour améliorer le marketing adapté ou faire avancer un récit particulier. Les applications d’IA émergentes peuvent également devenir des cibles potentielles pour la manipulation des données afin de biaiser leurs résultats.

L’éthique de l’autonomie.

Le développement de l’IA et le niveau d’implication de l’homme dans la prise de décision, le cas échéant, continueront de soulever des préoccupations éthiques, et les perspectives sur les obligations éthiques seront probablement différentes à l’échelle mondiale. En outre, la nature opaque du processus décisionnel de l’IA accroît la possibilité de préjugés involontaires, de discrimination, de résultats inattendus ou d’erreurs d’aiguillage intentionnelles.

La coopération pour faire progresser une IA digne de confiance, avec des processus décisionnels transparents et clairs, peut améliorer la confiance de toutes les parties. Bien que de nombreux pays élaborent des règles strictes sur l’utilisation des données personnelles, la question de savoir si ces règles peuvent coexister avec la pleine réalisation des capacités de l’IA fera l’objet d’un débat.

Amélioration de la guerre par l’IA.

L’IA conférera de forts avantages aux pays qui l’intègrent dans leurs systèmes militaires. L’IA améliorera les performances des armes, des défenses et des systèmes de sécurité existants, tant physiques que cybernétiques, tandis que des techniques de contre-IA, conçues pour annuler ou confondre les décisions de l’IA, sont également susceptibles d’apparaître.

Onopia - Global Trend 2040

Les matériaux et la fabrication intelligents ouvrent la voie à un monde nouveau

D’ici à 2040, les progrès réalisés dans le domaine des nouveaux matériaux, associés à la fabrication intelligente, transformeront la production de tous les produits, des biens de consommation aux systèmes militaires haut de gamme, en réduisant les coûts, en étendant les capacités, en modifiant les chaînes d’approvisionnement et en permettant des options de conception entièrement nouvelles.

La période de changement rapide dans laquelle nous entrons est souvent qualifiée de quatrième révolution industrielle, car elle est susceptible d’améliorer le niveau de vie tout en bouleversant les industries, les emplois, les chaînes d’approvisionnement et les modèles commerciaux traditionnels.

Les matériaux et la fabrication sont inextricablement liés dans un cycle vertueux de longue date, où les progrès de l’un entraînent les progrès de l’autre. Bien que ce cycle puisse continuer à lui seul à faire progresser les choses pendant des décennies, il sera très probablement accéléré par les progrès convergents du calcul à haute performance, de la modélisation des matériaux, de l’intelligence artificielle et des biomatériaux. Une connectivité accrue complétera cette croissance en permettant aux progrès d’être distribués et accessibles dans le monde entier. 

Onopia - Global Trend 2040 - 3D Printing

 

Options de conception accrues. 

La fabrication additive (MA), plus connue sous le nom d’impression 3D, est utilisée pour fabriquer une variété croissante de matériaux, du titane aux explosifs, dans des installations plus petites et avec moins d’expertise, apportant des capacités de fabrication avancées aux petites entreprises et aux particuliers du monde entier. Malgré certains obstacles techniques et des questions de fiabilité, l’AM est à l’origine d’une révolution dans la fabrication moderne en permettant le prototypage rapide, les pièces hautement personnalisées, la production sur site et la fabrication de formes qui seraient autrement impossibles.

Adaptation à la volée. 

Les progrès des systèmes d’information, y compris la modélisation informatique et l’apprentissage automatique, combinés à des systèmes physiques avancés, tels qu’un Internet industriel des objets robuste et une robotique avancée, devraient permettre la mise en place de systèmes de fabrication collaboratifs entièrement intégrés qui réagissent en temps réel pour répondre aux conditions changeantes dans l’usine, dans le réseau d’approvisionnement et dans la demande.

Concevoir ce dont vous avez besoin. 

Les matériaux subissent aujourd’hui une transformation révolutionnaire, passant de matériaux prêts à l’emploi à des matériaux et processus optimisés conçus pour des produits personnalisés. Combinés à la fabrication additive, les matériaux par conception permettront de faire de grands progrès pour rendre tout ce qui existe, des avions aux téléphones portables, plus solide, plus léger et plus durable.

Assemblez ce dont vous avez besoin. 

Les décennies à venir verront des avancées dans le développement de nouveaux matériaux aux propriétés jusqu’alors inaccessibles, permettant des niveaux de performance jusqu’alors inégalés pour de nombreuses applications. Les matériaux bidimensionnels, les métamatériaux et la matière programmable auront une résistance, une flexibilité, une conductivité ou d’autres propriétés inhabituelles qui permettront de nouvelles applications.

La biotechnologie au service de l'innovation rapide

L’amélioration de la capacité à manipuler de manière prévisible les systèmes biologiques, à laquelle s’ajoutent les progrès de l’automatisation, de l’information et des sciences des matériaux, suscite une innovation sans précédent dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de la fabrication et des sciences cognitives. 

D’ici à 2040, les innovations biotechnologiques permettront très probablement aux sociétés de réduire les maladies, la faim et la dépendance à l’égard des produits pétrochimiques et transformeront la façon dont nous interagissons avec l’environnement et entre nous. 

Les sociétés devront relever le défi d’exploiter ces progrès bénéfiques tout en répondant aux préoccupations relatives au marché, à la réglementation, à la sécurité et à l’éthique qui entourent ces technologies – par exemple, les cultures et les aliments génétiquement modifiés.

Les biotechnologies sont susceptibles de contribuer de manière significative à la croissance économique au cours des deux prochaines décennies, touchant potentiellement 20 % de l’activité économique mondiale d’ici 2040, notamment dans l’agriculture et l’industrie manufacturière, sur la base des taux de croissance de la bioéconomie par rapport au produit intérieur brut (PIB). 

 En 2019, les États-Unis ont estimé leur bioéconomie à près de 1 000 milliards de dollars par an, soit environ 5,1 pour cent de leur économie totale, tandis que les estimations de l’Union européenne et de l’ONU de 2017 à 19, qui appliquent une définition plus large des activités bioéconomiques, montrent que la biotechnologie contribue jusqu’à 10 pour cent à l’économie européenne.

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES ALIMENTENT LE COMMERCE SPATIAL ET SUSCITENT LA CONCURRENCE

En 2040, le paysage spatial combinera les technologies émergentes et la maturation des capacités actuelles pour favoriser la commercialisation et l’introduction de nouvelles applications. Les services, tels que les communications, la navigation et l’imagerie par satellite, deviendront omniprésents et offriront des capacités améliorées, des coûts réduits et une efficacité accrue. Les efforts des acteurs gouvernementaux et commerciaux créeront de nouveaux domaines de concurrence dans l’espace, notamment entre les États-Unis et la Chine.

L’EXPLORATION SPATIALE SE DÉVELOPPE. 

D’ici 2040, un nombre croissant de pays participeront à l’exploration spatiale dans le cadre d’efforts de coopération internationale. Ce faisant, ces pays acquerront un prestige national, des possibilités de progrès scientifique et technique et des avantages économiques potentiels. Même si les gouvernements resteront la principale source de financement des activités d’exploration spatiale à grande échelle, le rôle des entités commerciales s’élargira considérablement dans la plupart des aspects des activités spatiales. Les efforts commerciaux coexisteront, et probablement coopéreront, avec les programmes spatiaux financés par les gouvernements, faisant ainsi progresser les technologies spatiales.

LA CHINE EN TANT QUE PUISSANCE SPATIALE. 

D’ici 2040, la Chine sera le rival le plus important des États-Unis dans l’espace, en concurrence sur les fronts commercial, civil et militaire. La Chine continuera à suivre une voie de développement des technologies spatiales indépendante de celle des États-Unis et de l’Europe et aura son propre ensemble de partenaires étrangers participant aux activités spatiales menées par la Chine. Les services spatiaux chinois, tels que le système de navigation par satellite Beidou, seront utilisés dans le monde entier comme alternative aux options occidentales.

L’ESPACE AU SERVICE DES BESOINS GOUVERNEMENTAUX ET MILITAIRES. 

Des services spatiaux améliorés et de nouvelles technologies seront disponibles pour des applications militaires ainsi que pour des utilisations gouvernementales civiles et commerciales. Les actifs spatiaux nationaux seront particulièrement convoités car les gouvernements restent préoccupés par la possibilité que les services spatiaux commerciaux ou ceux d’un gouvernement étranger puissent être refusés en cas de conflit.

LES ACTIVITÉS EN ORBITE DEVIENNENT COURANTES. 

D’ici 2040, les gouvernements mèneront probablement des activités courantes d’entretien, d’assemblage et de fabrication en orbite, rendues possibles par l’autonomie avancée et la fabrication additive, pour soutenir les systèmes spatiaux nationaux et les efforts internationaux. Les entreprises commerciales offriront probablement des services en orbite, tels que la réparation, l’étude à distance, la relocalisation, le ravitaillement et l’enlèvement des débris. Les services en orbite serviront à moderniser les satellites, à prolonger leur durée de vie fonctionnelle et à permettre de nouveaux types de structures spatiales, comme des instruments extrêmement grands ou complexes, mais ils pourraient avoir besoin du soutien du gouvernement pour établir l’industrie.

L’AI VA DANS L’ESPACE. 

L’IA permettra une utilisation innovante des services spatiaux en contribuant à l’exploitation de grandes constellations de satellites et aux capacités de connaissance de la situation spatiale. L’IA soutiendra également la fusion et l’analyse d’énormes volumes de données de haute qualité collectées en continu, en partie grâce à des systèmes spatiaux et terrestres hyperconnectés.

L'hyperconnectivité unit et sépare les sociétés

D’ici à 2040, le nombre d’appareils, de données et d’interactions dans le monde aura augmenté de plusieurs ordres de grandeur, reliant tous les aspects de la vie moderne et franchissant les frontières politiques et sociétales. L’augmentation de la vitesse et de l’accès mondial permettra aux nations, aux entreprises et même aux particuliers de bénéficier de services et de ressources autrefois limités aux pays prospères.

Ce monde hyperconnecté est un avenir qui commence déjà à se dessiner ; les réseaux de nouvelle génération, les capteurs persistants et une myriade de technologies fusionneront dans un système mondial comptant des milliards de dispositifs connectés. 

Les caméras publiques omniprésentes d’aujourd’hui, par exemple, donneront naissance aux villes intelligentes de demain, où les capteurs optiques et autres se combinent à l’intelligence artificielle pour surveiller les personnes, les véhicules et les infrastructures à l’échelle mondiale.

Selon certaines estimations, l’actuel Internet des objets, précurseur d’un avenir hyperconnecté, atteindra 64 milliards d’objets d’ici 2025, contre 10 milliards en 2018 – tous surveillés en temps réel. 

À l’avenir, un monde hyperconnecté pourrait prendre en charge jusqu’à 1 million de dispositifs par kilomètre carré avec les systèmes de téléphonie cellulaire de la prochaine génération (5G), contre 60 000 dispositifs actuellement possibles avec les réseaux cellulaires actuels, avec des réseaux encore plus rapides à l’horizon. 

Les capteurs en réseau deviendront omniprésents ; plus de 20 milliards de dispositifs étaient opérationnels en 2020, et avec les nouveaux réseaux terrestres combinés à une augmentation des services spatiaux, on prévoit que des centaines de milliards et, à terme, des billions de dispositifs pourraient être connectés à l’échelle mondiale.

Changement sociétal accéléré. 

La vie privée et l’anonymat peuvent effectivement disparaître par choix ou par mandat gouvernemental, car tous les aspects de la vie personnelle et professionnelle sont suivis par des réseaux mondiaux. 

Les médias en temps réel, fabriqués ou synthétiques pourraient encore déformer la vérité et la réalité, déstabilisant les sociétés à une échelle et à une vitesse qui éclipsent les défis actuels de la désinformation. De nombreux types de crimes, en particulier ceux qui peuvent être suivis et attribués grâce à la surveillance numérique, deviendront moins courants, tandis que de nouveaux crimes, et potentiellement de nouvelles formes de discrimination, pourraient apparaître.

Nouveaux paradigmes en matière de cybersécurité. 

Il est presque certain que la connectivité accrue augmentera la vulnérabilité des individus, des institutions et des gouvernements connectés, car la présence de centaines de milliards de dispositifs connectés augmente considérablement la surface d’attaque cyber-physique. 

En outre, l’application de la cybersécurité fondée sur les frontières géographiques risque de perdre de sa pertinence dans un réseau de plus en plus mondial.

IMPLICATIONS PLUS LARGES DE L'ÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE

Les technologies émergentes améliorent rapidement un large éventail d’expériences et de capacités humaines, mais, au moins à court terme, ces mêmes technologies peuvent perturber des systèmes et des dynamiques sociétales bien établis, obligeant les individus, les communautés et les gouvernements à s’adapter et à trouver de nouvelles façons de vivre, de travailler et de gérer. 

Comme c’est le cas pour toute perturbation, certains prospéreront tandis que d’autres auront du mal à s’en sortir, ce qui risque d’accroître les inégalités et les déséquilibres. 

Les technologies émergentes ne sont pas les seules responsables des évolutions suivantes, mais elles sont susceptibles de les aggraver et de les amplifier.

Résoudre les problèmes rapidement. 

Comme l’a montré l’effort mondial de développement du vaccin COVID-19, les technologies – souvent intégrées de manière nouvelle et imaginative – peuvent être rapidement réappliquées à partir de leur utilisation initiale pour résoudre des besoins de crise. 

La recherche qui a permis le développement rapide et sans précédent de vaccins efficaces contre le COVID-19 repose sur des décennies d’investissements fondamentaux dans les sciences de la santé. 

De même, des défis qui se préparent depuis des décennies, comme le changement climatique, peuvent être atténués en rassemblant des séries de solutions technologiques qui traitent chacune un élément d’un problème beaucoup plus vaste.

La technologie comme pouvoir géopolitique. 

La technologie est un outil de puissance nationale que les États-Unis ont longtemps dominé grâce à leurs investissements dans la recherche, l’innovation et le développement. 

Au cours des prochaines décennies, la concurrence mondiale pour les éléments essentiels de la suprématie technologique, tels que le talent, les connaissances et les marchés, s’intensifiera, ce qui pourrait donner naissance à de nouveaux leaders ou hégémonies technologiques dans les années 2030. 

La complexité des chaînes d’approvisionnement internationales, la diffusion mondiale de l’innovation et les investissements des rivaux géopolitiques pourraient entraver davantage l’utilisation unilatérale de la technologie par les nations pour atteindre leurs objectifs. 

Les conditions sont réunies pour une plus grande coopération internationale ainsi que pour de nouveaux types de concurrence et de conflits multiformes qui pourraient définir l’ère à venir.

Aggravation des tensions sociales. 

Le rythme des changements technologiques pourrait accroître les tensions sociales entre ceux qui ont l’accès, la capacité et la volonté de s’adapter et ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas changer. Avec la diffusion et l’adoption rapides des technologies, certains individus, communautés et pays pourraient faire des progrès rapides tandis que d’autres pourraient être laissés pour compte avec peu d’espoir de rattrapage, exacerbant ainsi les inégalités au sein des États et entre eux. 

L’adoption des technologies peut également dépasser la maturité et la réglementation éthiques, créant une anxiété sociale et des divisions politiques persistantes et potentiellement corrosives. Ces tensions pourraient être exacerbées par l’utilisation de messages fabriqués ou ciblés par l’IA, tels que les fakes profonds.

Compliquer les relations entre les gouvernements et les entreprises. 

Les partenariats public-privé pour l’investissement, la recherche et le développement ont été essentiels pour réaliser de nombreuses percées et avantages technologiques, mais les intérêts fondamentaux des entreprises et des pays ne sont pas naturellement alignés. 

Les grandes entreprises technologiques disposent de plus en plus de ressources, d’une portée et d’une influence qui rivalisent avec celles de certains États, voire les surpassent. Les intérêts nationaux, qui consistent à maintenir le contrôle et l’avantage technologiques ainsi qu’à protéger la sécurité nationale, peuvent être en contradiction avec les intérêts des entreprises, qui cherchent à étendre leur part de marché mondial et à augmenter leurs profits.

Perturbation des industries et des emplois. 

Le rythme du changement technologique, notamment les développements dans la fabrication avancée, l’IA et la biotechnologie, peut accélérer les perturbations de la fabrication et des chaînes d’approvisionnement mondiales, en éliminant certains modes de production et emplois et en rapprochant les chaînes d’approvisionnement des marchés. Le déplacement des chaînes d’approvisionnement pourrait affecter de manière disproportionnée les économies moins avancées, tandis que de nombreux nouveaux emplois nécessiteront des travailleurs aux compétences améliorées ou réoutillées.

Favoriser la gouvernance, menacer la liberté et la vie privée. 

L’avenir saturé de technologies et hyperconnecté offrira aux dirigeants et aux gouvernements de nouveaux outils pour surveiller leurs populations, ce qui permettra d’améliorer la prestation de services et la sécurité, mais aussi d’offrir de plus grands moyens de contrôle. Les mêmes technologies qui permettent aux citoyens de communiquer, de s’organiser et de surveiller leur santé fournissent des quantités croissantes de données aux gouvernements et au secteur privé. 

Les gouvernements, en particulier les gouvernements autoritaires, exerceront des capacités de surveillance sans précédent pour faire respecter les lois et assurer la sécurité, tout en suivant et en dépersonnalisant les citoyens et en ciblant potentiellement les individus.

Stimuler les débats sur l’ouverture. 

Les perspectives d’un monde hyperconnecté vont stimuler les débats et les divisions au sein des États et entre eux sur les avantages et les risques des réseaux ouverts et connectés. Les réseaux mondiaux étant de plus en plus interconnectés, il pourrait être plus difficile de maintenir un système isolé ou fermé, et les efforts visant à bloquer l’Internet au sens large pourraient couper irrémédiablement les systèmes fermés de l’économie mondiale.

Risques existentiels. 

Les progrès technologiques peuvent accroître le nombre de menaces existentielles ; les menaces susceptibles de porter atteinte à la vie à l’échelle mondiale mettent à l’épreuve notre capacité à imaginer et à comprendre leur portée et leur ampleur potentielles, et elles nécessitent le développement de stratégies résilientes pour survivre. La technologie joue un rôle à la fois dans la génération de ces risques existentiels et dans leur atténuation. Les risques anthropomorphiques comprennent l’IA galopante, les pandémies artificielles, les armes nanotechnologiques ou la guerre nucléaire. Ces événements à faible probabilité et à fort impact sont difficiles à prévoir et coûteux à préparer, mais l’identification des risques potentiels et le développement de stratégies d’atténuation à l’avance peuvent apporter une certaine résilience aux chocs exogènes.

Pour entrer en contact avec nous, rien de plus simple !

Il nous font confiance

Les 20, 21 et 23 juin 2022

Peter Keates

Masterclass

Business Model Innovation & Proposition de Valeur Centrée Client

Les 21, 22, 24 Mars 2022

Workshop en ligne Business Model Canvas + Value Proposition Canvas

Un énorme bonus pour les participants ! A découvrir !

Newsletter

Recevez nos études et invitations à nos webinaires !